Рекомендована Отделом по культуре
Посольства Франции в России

La vérité et la vraisemblance dans les contes de Bernard Clavel

La vérité et la vraisemblance dans les contes de Bernard Clavel

La vérité et la vraisemblance dans les contes de Bernard Clavel

Le conte comme genre littéraire ne cesse de tenter les écrivains et d’attirer l’attention des linguistes et philosophes. Ce monde fictif évoque plusieurs conséquences de grande envergure non seulement pour l’interprétation et l’herméneutique, mais aussi, obliquement, pour la gnoséologie et psychologie. Parmi plusieurs problèmes qu’on peut mettre en relief, celui du rapport entre la vérité et la vraisemblance n’est pas encore résolu jusqu’à la fin.

La question «Est-ce vrai ?» posée après la lecture d’un certain conte provoquera, sans aucun doute, la réponse négative chez un adulte, et même un enfant en bas âge pourrait mettre en doute sa véridicité, pourtant, reformulé autrement («Est-ce plausible ?»), le même problème peut coincer même ceux capables des plus grandes abstractions. Malgré tout, sans vraisemblance aucun conte ne peut compter sur un accueil approprié auprès de n’importe quel public, adulte ou enfantin.

Quoique le conte fasse récurrence aux scénarios et frames invraisemblables, c’est grâce à un enchaînement spécifique des énonciations s’écartant aux normes linguistiques et parfois sociales qu’il produit un effet de réalité, nous faisant croire à n’importe quelle réalité virtuelle créée au sein d’un texte particulier. La microsémantique élaborée par François Rastier dans son ouvrage Sémantique interprétative nous fournit les procédés de l’interprétation de tous les phénomènes anomaux [2].

Алексей Чернореченский

Алексей Чернореченский

Материал подготовил Алексей Чернореченский (Нижегородский лингвистический университет).
На сайте автора chernorechenski.narod.ru можно познакомиться с его литературным и музыкальным творчеством.

Prenons un extrait du petit recueil de contes «L’arbre qui chante» de Bernard Clavel comme exemple pour notre analyse. Le commencement de Le mouton noir et le loup blanc est tout à fait typique pour tout conte : l’accroissement de l’invraisemblance est graduel, ce qui sert à faire assoupir l’attention du lecteur pour l’introduire dans l’univers assomptif sans qu’il s’en rende compte. Même la phrase initiale représente une des formules codifiées :

«C’était dans un pays qui s’appelle la Suisse. On y trouve des montagnes, des lacs, des rivières, de la vigne, du bon fromage, des boîtes à musique, des montres qui donnent l’heure exacte et de jolies petites gares pareilles à des jouets en bois colorié.

Les gens sont aimables. Ils savent encore dire bonjour et merci. Or, un matin d’été tout verni de clair soleil, Isidore, le mouton noir, passait tranquillement dans un vaste pré fleuri…

…C’était la première fois que l’on voyait une fête sans gigot de mouton… cette vallée est devenue celle de la laine. Car les moutons se multiplient sans que personne ne songe à les tuer. Lorsqu’il en meurt un de vieillesse, on lui fait un bel enterrement. C’est presque toujours le loup qui verse le plus de larmes. Il y a belle lurette que les habitants de la vallée ont cessé de chasser.» [4]

C’est évidemment assez difficile de contester les connaissances que nous fournissent les modèles scientifiques de la représentation. Il existe vraiment un pays avec un tel nom, et n’importe quel manuel de géographie nous prouvera que la prédication ‘montagnes’, ‘rivières’, ‘lacs’ est tout à fait normale et ne s’écarte aucunement ni à la norme linguistique, ni à la norme sociale.

Pourtant les attributs sous forme des adjectifs ou d’un attribut non accordé sont caractérisés par beaucoup plus de subjectivité, car l’évaluation des objets sur l’axe axiologique suppose une récurrence à notre conception doxique, basée sur les stéréotypes et les idées reçues. Quoiqu’il soit probable que la majorité des lecteurs acceptent ces définitions, on s’écarte déjà de la vérité scientifique, mais c’est encore impossible d’affirmer que l’énonciation est fausse : au sein d’une seule phrase la vérité connaît une gradation avec un penchant vers la non-vérité (on s’abstient d’employer ici le mot mensonge car, selon G. Lakoff, on ne connaît pas le mensonge en principe, car, dans chaque modèle donné, nous n’avons que la réalité modifiée, virtualisée ou pas) [3].

Alors, la gradation de la véridicité, s’écartant de la doxe nous donne la possibilité d’attribuer au mouton noir les prédicats suivants: ‘peut parler et protester’, ‘doué de la pensée latérale et abstraite’, etc.

Pour éviter l’abattoir, le mouton s’enfuit dans une forêt, où, contrairement à tout stéréotype, il noue l’amitié avec Gustave, le dernier loup du coin. Le déroulement suivant du conte est défini par les aventures incroyables à travers lesquelles passent les deux amis. A noter que la vraisemblance d’une telle amitié est atteinte grâce à l’actualisation du sémème commun afférent ‘victime des hommes’. Le recours aux modèles physiologiques (instinct carnivore, par exemple) est éliminé par la remarque que le loup, avec sa «gueule totalement édentée», était depuis longtemps devenu végétarien par nécessité. Endormie entièrement, l’attention ne veille plus à ce qui doit être vrai ou faux, mais à la séquence virtuelle, où tout s’explique par le même procédé : l’actualisation des sémèmes afférents, qui ne fonctionnent pas au-delà du texte donné.

Pour s’éloigner encore plus vers l’irréalité, l’action doit, bien évidemment, prendre un détour fantastique, quoique avec des objets du monde réel. Les deux amis incitent un petit garçon du village de les rejoindre pour les aider à ouvrir toutes les étables et affranchir les autres moutons. Alarmés par la disparition des moutons et du garçon, les gens acceptent le chantage de ne plus manger de gigot.

Enfin, il est bien évident que la couleur des animaux (loup blanc et mouton noir) est loin d’être aléatoire ou accidentelle. Les stéréotypes culturels attribuent certaines caractéristiques à chaque couleur; l’opposition du noir et du blanc n’en est pas une exception. La couleur blanche est généralement associée avec les notions ‘bon’, ‘sage’, ‘de bonnes mœurs’, ‘immaculé’, tandis que la couleur noire est liée aux attributs ‘morne’, ‘infernal’, ‘maléfique’. Pour raffermir la persuasion de bonnes intentions du loup, l’auteur lui attribue la couleur blanche ; pour accentuer le non-conformisme du mouton, ce dernier reçoit la couleur noire. Le blanc et le noir représentant une opposition binaire dans la doxe, ce trait est manifeste avec beaucoup de relief.

Dans son ouvrage Sémantique contextuelle G. Kolchanski affirme que «les conditions de la perception adéquate des énonciations et des mots isolés ne peuvent être définies que dans la limite qui garantit la fonction univalente des ces unités, c’est-à-dire, dans les limites d’un texte donné». [1] Ainsi est-il avec le conte comme genre qui par définition garantit cette fonction univalente à cause du débranchement graduel d’un système des vérités absolues vers celui faisant récurrence à l’univers assomptif de l’auteur.

Il est à mentionner qu’en général la vérité s’efface non seulement dans le conte, mais presque dans toute œuvre littéraire contemporaine qui ne peut plus rester dans les limites de la réalité perçue uniquement à travers nos capacités gnoséologiques restreintes et subjectives. Pourtant c’est le conte (dans sa forme contemporaine aussi) qui a conservé jusqu’à présent les traits distinctifs de la mythologie et du texte sacré où se fondent les éléments primitifs de l’imagination et les conceptions sophistiquées de l’irréel.

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Пока оценок нет)
Загрузка...
Купить онлайн
Свежий номер
Архив
Участники клуба
  • Рисунок профиля (sergakabond)
    активность: 1 день, 12 часов назад
  • Рисунок профиля (kristina-samvelyan-rambler-ru)
    активность: 2 недели, 1 день назад
  • Рисунок профиля (bdfybuf)
    активность: 2 недели, 5 дней назад
  • Рисунок профиля (darianna)
    активность: 1 месяц, 2 недели назад
  • Рисунок профиля (bennot)
    активность: 2 месяца, 2 недели назад
Группы
Мы ВКонтакте