Рекомендована Отделом по культуре
Посольства Франции в России

Pierre Richard

Pierre Richard

Pierre Richard

Le cinéma du XX-ème siècle connaît plusieurs acteurs d’emploi comique. En France par exemple ce sont Louis de Funès, Bourvil, Fernandel. Mais Pierre Richard est sûr qu’il est influencé avant tout par le comédien italien Toto. Pourtant les critiques le comparent le plus souvent avec Charles Chaplin qui lui aussi a créé l’image d’un homme malchanceux. Une telle comparaison, c’est de l’honneur pour chaque comédien, mais Pierre Richard est devenu acteur comique par malchance : un jour on lui a dit qu’il n’était pas assez beau pour les tragédies. La sensibilité, chez lui, n’est pas qu’un trait de caractère à usage professionnel. Même dans les jeux subtils des moindres tirades qu’il débite1 à la volée, jusque dans les mimiques que l’on croirait surjouées, Pierre Richard donne des leçons esthétisantes d’émotion.

Acteur, réalisateur et scénariste français

Pierre Richard Charles Léopold Defays est né le 16 août 1934 à Valenciennes dans la famille d’un entrepreneur chanceux. Le tragique et le comique accompagnent le comédien depuis son enfance. Un de ses grands-pères est aristocrate. Il est tout naturel que le fils d’un entrepreneur et le petit-fils d’un aristocrate doive continuer la tradition familiale et faire sa carrière dans la compagnie de textile. Mais après son baccalauréat il refuse d’être homme d’affaires et suit des cours d’art dramatique au Centre Dullin et chez Jean Vilar3. C’est à ce moment qu’il change son nom de Defays contre Richard.

Le jouet (1976)

Le jouet (1976)

Il commence sa vie artistique dans la troupe de Maurice Béjart mais un an après il la quitte en héritant une plasticité particulière qu’il incarne dans ses personnages. Puis, il débute au théâtre sous la direction d’Antoine Bourseillier en jouant des pièces de Mrozek4, participe à un spectacle Baudelaire et travaille au théâtre La Bruyère5. Bientôt, Pierre Richard présente dans des cabarets parisiens les premiers sketches qu’il compose avec Victor Lanoux6. Dans ces sketches il crée l’image d’un hurluberlu7 timide et distrait. «C’était une période fantastique ! Nous avons joué toutes les nuances de comédie, des farces, des «surs»8 en passant du concret à l’absurde. Chacun avait son masque, on nous a applaudi».

Au cours des années soixante, il participe à des émissions télévisées de variétés. Il débute au cinéma en 1967 dans Alexandre le bienheureux d’Yves Robert avec Philippe Noiret interpétant un colosse paysan, doux et rêveur qui » se laisse marier » sans bien savoir ce qui lui arrive. Il faut attendre 1970 et Le distrait écrit, interprété et réalisé par lui-même, pour que son talent soit reconnu. Le personnage de Richard, Pierre, est le roi des gaffeurs9 dont l’imagination fertile10 déclenche11 catastrophes sur catastrophes.

 

Le distrait (1970)

Le distrait (1970)

L’année suivante, il écrit Les malheurs d’Alfred, qu’il joue et met en scène. Le personnage principal, Alfred, né et vécu avec la guigne12, ne voit d’autre salut que dans la mort et décide de se suicider. Facile à deviner qu’il ne réussit pas à se tuer non plus.

Puis c’est le succès du Grand blond avec une chaussure noire réalisé par Yves Robert, qui impose définitivement auprès du grand public le personnage de rêveur, lunaire13 et bondissant14. Dans cette superbe comédie d’espionnage tournée d’après le scénario de Francis Veber, naïf et maladroit François Perrin apparaît sur le grand écran pour la première fois. C’est un inoffensif violoniste, devenu espion malgré lui et jeté dans les bras d’une autre belle espionne, Christine (Mireille Darc).

La décennie 70 a certes révélé un acteur comique au ton et au talent originaux, mais elle a vu aussi s’affirmer un réalisateur soucieux de marquer du sceau de sa personnalité scénario et images de chacun de ses films. Les comédies se suivent : Je sais rien mais je dirais tout (1973), réalisation et scénario Pierre Richard ; Un nuage entre les dents (1974), avec Philippe Noiret ; Le retour du grand blond (1974) ; La moutarde me monte au nez (1974) ; La course à l’échalote (1975), réalisation Claude Zidi, avec Jane Birkin ;

La cavale des fous (1993)

La cavale des fous (1993)

Francis Veber15 passe derrière la caméra en 1976 en réalisant Le jouet. Il donne à Pierre Richard un de ses meilleurs rôles. Il s’agit d’un journaliste qui, de crainte de se retrouver au chômage accepte un jeu bizarre : être le jouet du fils de son grand patron, le P.D.G.16 Rambal-Cochet. C’est lors de l’écriture du script que Veber reprend ce personnage fictif de François Perrin, et s’amusera à le réemployer dans On aura tout vu (1976), avec Miou-Miou et La chèvre (1981). Dans ce dernier il associe Richard à Gérard Depardieu pour donner au cinéma français un duo inscrit dans les annales avec Les compères (1983) et Les fugitifs (1986) : Pierre Richard y affronte les aventures les plus rocambolesques17 avec sa légendaire inconscience. En même temps il tourne avec d’autres réalisateurs (La carapate (1978) et Le coup de parapluie (1980) de Gérard Oury, Le chien dans un jeu de quilles (1982) de Guilhou, Le jumeau (1984) d’Yves Robert, et A gauche en sortant de l’ascenseur (1988) de Edouard Molinaro) et signe18 en tant que réalisateur et scénariste Je suis timide…mais je me soigne (1978) et C’est pas moi, c’est lui (1979).

Après le départ de Francis Veber en Amérique, le comédien espace19 un peu ses apparitions à l’écran, rêvant d’un rôle dramatique où révéler une autre face de son talent. Teint en brun, barbu, il porte une redingote noire et un chapeau haut de forme, dans Mangeclous (1988) de Moshé Mizrahi.

Néanmoins les années 90 ne sont pas tout à fait infructueuses20. Richard réalise et interprète encore deux comédies écrites par lui-même : On peut toujours rêver (1991) et Droit dans le mur (1997). Il joue avec Michel Serrault (comédie policière Vieille Canaille (1992)) et avec Michel Piccoli (comédie La cavale des fous (1993)).

Le retour du grand blond (1974)

Le retour du grand blond (1974)

Son plus grand succès de la décennie est le travail sous la direction de la réalisatrice géorgienne Nana Djordjadze. La coproduction franco-géorgienne Les mille et une recettes du cuisinier amoureux (1996) a été présentée à la Quinzaine des Réalisateurs au Festival de Cannes 96 et reçu le Prix d’Interprétation Masculine au Festival de Karlovy Vary. Le dernier rôle de Richard sur le grand écran est dans la comédie dramatique géorgienne de la même réalisatrice L’été de mes 27 baisers (2001).

A plus de 67 ans, Pierre Richard, qui vit toujours sur une péniche sur la Seine au centre de Paris, a le charisme21 nécessaire pour endosser22 des rôles difficiles et incarner les grands héros de la littérature. Il vient d’accepter le rôle de Robinson Crusoë dans un nouveau téléfilm tiré du roman de Daniel Defoe qui sera diffusé sur France 2.

L’acteur a sans aucun doute gagné en maturité, et prouve enfin qu’il n’excelle pas que dans le registre comique. L’action du drame L’amour conjugal (1995), dans lequel Richard joue un des rôles pricipaux, se déroule au XVII-ème siècle.

Pierre Richard est à la fois timide et a de l’amour-propre. Il est même un peu vaniteux, il peut se vexer s’il ne trouve pas son nom sur la liste de meilleurs comédiens de la France. C’était le cas il y a quelques ans, lorsque par mégarde on a oublié d’inscrire son nom. Il traite sa célébrité de façon étrange. Parfois il ignore sa conduite dans telle ou telle situation. Il avoue qu’une fois sa partenaire de cinéma lui apprenait les manières d’une star de cinéma.

Les fugitifs (1986)

Les fugitifs (1986)

L’homme, comme le comédien, a mûri et, loin des feux de la rampe, n’hésite pas à s’engager en produisant des films documentaires sur des sujets d’actualité : la guerre en Tchétchénie, l’Algérie, la condition des Indiens d’Amazonie, la lutte contre la » malbouffe «23

Dans sa vie privée il est un peu excentrique. Après le divorce, il ne s’est pas remarié, mais il vit avec une » petite amie «, une mulâtresse Aïcha.

Parmi ses passions les plus voyantes sont une voiture de course et une motocyclette. Pour se maintenir en forme il court tous les matins. Mais sa vraie passion, c’est le vin. Il possède 20 ha de vigne dans les Corbières qui produise environ 80 000 bouteilles par an, dont 12 000 de rosé. Le comédien s’obstine à ne pas écrire son nom en gros caractères sur l’étiquette, afin que les gens achètent son vin pour ses qualités propres.

1 débiter — выпалить скороговоркой
3 французский драматург, режиссер, актер (1912-1971), в 1951 г. становится директором TNP (Théâtre national populaire)
4 Славомир Мрозек, польский писатель, автор коротких юмористических рассказов, скетчей.
5 театр в Париже на улице Bruyère
6 французский актер
7 hurluberlu (m) — чудак
8 sur (m) — (fam) surréalisme
9 gaffeur (m) — (разг.) растяпа, делающий и говорящий все невпопад
10 fertile — богатый
11 déclencher — вызывать, приводить к
12 guigne (f) — (разг.) невезение, неудача
13 lunaire — не от мира сего
14 bondissant — «дёрганный»
15 известный французский сценарист и режиссер
16 P.D.G. — Président-Directeur Général
17 rocambolesque — фантастический, невероятный
18 signer — подписывать контракт
19 espacer — делать что-л. реже
20 infructueux — бесплодный
21 charisme (m) — харизма (почитание и уважение среди поклонников)
22 endosser — брать на себя
23 malbouffe (f) — (буквально) плохая жратва (термин применяется к продуктам питания содержащим опасные для здоровья или жизни компоненты)

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Пока оценок нет)
Загрузка...
Vous aimerez aussi
Купить онлайн
Свежий номер
Архив
Участники клуба
  • Рисунок профиля (sergakabond)
    активность: 2 дня, 14 часов назад
  • Рисунок профиля (elenanl)
    активность: 2 дня, 23 часа назад
  • Рисунок профиля (magnysept)
    активность: 5 дней, 9 часов назад
  • Рисунок профиля (jadis)
    активность: 1 неделя назад
  • Рисунок профиля (olgasch)
    активность: 1 неделя, 3 дня назад
Группы
Мы ВКонтакте