Рекомендована Отделом по культуре
Посольства Франции в России

Le Transsibérien

Le Transsibérien

Le Transsibérien

Impossible de comprendre l’Océan sans l’avoir une fois sillonné en bateau ; impossible d’aimer la voiture sans l’avoir une fois conduite ; impossible de comprendre la Russie (même si on s’enorgueillit de la connaître sur le bout des doigts) sans l’avoir une fois traversée dans le train numéro 002M de Moscou à Vladivostok, vers ce pays des pinsons et zibelines, par le chemin de fer légendaire, la «colonne vertébrale» de la Russie — le Transsibérien.

Le Transsibérien, le long duquel sont placées les grandes villes de la Russie de l’Est, a été construit en quelques étapes. Une seule date demeure plus ou moins précise, celle du Te Deum1 officiel le 31 mai 1891 à Vladivostok à cause de la mise en chantier des travaux de construction du chemin de fer qui relierait les régions de l’Est à celles de l’Ouest. Le temps rectifiait2 peu à peu la destination des axes principaux, mais à cet instant c’est de moindre importance pour nous.

Aujourd’hui, ce voyage en train est sans pareil dans le monde entier. Bien sûr, il y a l’Orient Express de Londres à Istanbul, mais celui-ci traverse une dizaine de pays et le voyage ne prend que trois jours, alors que le train Rossia empruntant le Transsibérien propose une distraction piquante et inoubliable, celle de parcourir toute la Russie d’un bout à l’autre.

Départ de Moscou à 21 heures 20, de la gare de Iaroslavl. Le premier arrêt, tard dans la nuit, à Nijni-Novgorod dont on ne voit malheureusement qu’un panorama splendide (la ligne de chemin de fer passe à côté).

Nijni-Novgorod

Nijni-Novgorod

Après Kirov (Viatka), une vue singulière attend le voyageur : le Talus3 légendaire près de Perm. Par le temps d’été (le train longe le talus le soir), les couleurs incroyables du soleil couchant ajoutent un aspect fantastique à cette vue indescriptible.

Le rond-point4 avec le monument symbolique Europe-Asie, à mi-chemin vers Ekaterinbourg, exige beaucoup plus d’attention. Il faut savoir d’avance de quel côté regarder. Le chef de wagon5 peut parfois ne pas le savoir lui-même, alors il faut être sur le qui-vive6 pour ne pas le regretter après.

A travers les vitres de la voiture, Ekaterinbourg apparaît comme «une ville en rouge». Les habitants vous diront que l’impression est erronée, pourtant les bâtisses7 en pierre rouge saisissent le regard, surtout si le train arrive en plein jour.

Novossibirsk, majestueuse capitale sibérienne, dépasse toutes les expectations8. La prétention se manifeste déjà dans l’architecture de la place de la gare avec le bâtiment principal qui la surplombe. Avec un arrêt d’une heure environ on a la possibilité de s’y promener, de traverser les viaducs au-dessus des voies, de sentir cette ville immense et qui paraît indépendante.

Krasnoïarsk : la ville de l’eau et des fontaines. Quoique mal vues depuis le train, elles produisent une impression non moins fabuleuse que Novossibirsk.

Le lac Baïkal

Le lac Baïkal

Une nature absolument différente se fait voir après Irkoutsk, avant le lac Baïkal. Le paysage est caractérisé par une plus forte déclivité9. Très peu de vues dans le monde égaleraient10 celle de ce lac avec les cédraies11 qui l’entourent.

Le BAM, considéré aujourd’hui comme partie du Transsibérien, a une certaine répercussion12 sociale qu’on ne peut pas méconnaître. A Mogotchi, en descendant du train et en engageant les autochtones venant sur le quai13 pour vendre les spécialités locales, dans des conversations, on entendra les vieilles murmurer avec tristesse : Bon Dieu créa Sotchi, le Satan Mogotchi. Après Baïkal, se font voir, hélas, des villages à demi abandonnés avec des maisonnettes noires penchées.

Aucun voyageur ne résistera à la tentation de goûter de l’omul (la perche de Baïkal) qu’on peut acheter auprès des pêcheurs locaux qui en vivent. Pour les mangeurs raffinés de viande : c’est à Oulan-Oude qu’on sert différents plats préparés du cheval : les mantys (pâte avec morceaux de viande dedans, ébouillantées14 et cuites), saucissons de cheval, des morceaux entiers servis avec des légumes…

Si, en parcourant le pays des sopkis (vieilles monticules d’origine volcanique), on ajoute un peu de fantaisie dans le regard, on se sentira comme dans un récit de Bradbury, quelque part sur le Mars, peut-être…

Difficile de dire d’où vient le nom de Tchita, pourtant il existe une légende peu crédible15, mais non sans charme. On raconte que quand les premiers Ukrainiens et Polonais s’y étaient installés, ils se sont demandés en voyant cette petite ville : Czy ta ? Czy nie ta ? (C’est elle ? ou ce n’est pas elle ?)

Birobidjan : l’absurdité des absurdités. La seule trace juive, paraît-il, est l’enseigne placée en haut de la gare et écrite en… yiddish.

Voir Khabarovsk et ne pas tomber amoureux du fleuve Amour (le nom même le suggère16) et ses mille ponts ? Le train en traverse un dont personne ne connaît la longueur.

Et le voilà enfin, Vladivostok : destination convoitée17 des milliers des colons18 qui rêvaient d’y retrouver la richesse et d’enrichir en même temps le pays en y développant le commerce avec la Chine et le Japon. Une des plus merveilleuses villes qu’on ait jamais fondées. En se promenant dans les rues de la ville, il est impossible de ne pas regretter qu’elle soit sous-estimée19 au niveau national. Vladivostok est déjà un sujet à part, on y sera un autre jour.

Le voyage est plus agréable en été : on porte moins de vêtements, les journées sont plus longues, les vitres ne sont pas gelées. La sensation visuelle est évidemment plus riche. Comme vous avez compris, il ne faut pas faire cette faute banale : pas besoin de trop de nourriture. Pas d’inquiétude sanitaire à ce sujet : le domaine est très contrôlé par plusieurs intéressés.

Vladivostok

Vladivostok

Le plus souvent, les autochtones ne connaissent pas leur propre pays, c’est une règle empirique approuvée par l’expérience. Donc, nous avons le Transsibérien pour découvrir un peu le nôtre, nous avons les sept jours pour apprécier les ambitions impériales dont nos ancêtres étaient capables. Quoiqu’à la fin du voyage la question tacite «Comment a-t-on pu garder ce territoire immense sans le perdre ?» soit inévitable, il vaut mieux entreprendre le voyage au moins une fois dans la vie pour le plaisir de voir cette borne singulière «9938 km», placée à la gare de Vladivostok et marquant le quasi bout du monde. A vous de jouer maintenant !

Материал подготовил Алексей Чернореченский (Нижегородский лингвистический университет).
На сайте автора www.chernorechenski.narod.ru можно познакомиться с его литературным и музыкальным творчеством.

Résumette
Sept jours de voyage en chemin de fer parcourant 10 000 km, c’est une aventure unique qui est tout à fait réalisable, il ne suffit que prendre le train «Moscou-Vladivostok». Le voyageur susceptible d’apprécier la beauté de la nature, a la chance d’admirer à travers les vitres de la voiture : les steppes et les forêts de la zone moyenne de la Russie européenne, les monts Oural, la taïga sibérienne et les paysages fantastiques de l’Extrême-Orient. C’est aussi l’occasion de prendre connaissance de la culture des peuples habitant sur cet immense territoire de la Russie.

 

Pour les débutants
C’est le chemin de fer qui traverse toute la Russie de l’Ouest а l’Est. Le voyage qui commence à Moscou et se termine а Vladivostok, dure sept jours. Le train s’arrête dans les villes très intéressantes : Nijni-Novgorod, Ekaterinbourg, Novossibirsk, Krasnoïarsk, Irkoutsk, Oulan-Oude, Tchita, Khabarovsk… Les paysages de la nature que l’on voit pendant ce voyage sont très variés et sont tous très beaux !

1 Te Deum (m) — благодарственный молебен
2 rectifier — исправлять, поправлять
3 talus (m) — откос, склон
4 rond-point (m) — (зд.) место пересечения дорог
5 chef (m) de wagon — проводник
6 être sur le qui-vive — быть наготове
7 bâtisse (f) — постройка
8 expectation (f) — ожидание
9 déclivité (f) — уклон
10 égaler — сравниться
11 cédraie (f) — кедровая роща
12 répercussion (f) — последствие
13 quai (m) — перрон
14 ébouillanter — готовить на пару
15 crédible — правдоподобный
16 suggérer — побуждать к
17 convoité — вожделенный
18 colon (m) — переселенец
19 sous-estimer — недооценивать

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Пока оценок нет)
Загрузка...
Vous aimerez aussi
Подписка
Купить онлайн
Свежий номер
Архив
Участники клуба
  • Рисунок профиля (darianna)
    активность: 13 часов, 12 минут назад
  • Рисунок профиля (bennot)
    активность: 2 недели, 2 дня назад
  • Рисунок профиля (sergakabond)
    активность: 1 месяц, 1 неделя назад
  • Рисунок профиля (rina)
    активность: 10 месяцев, 2 недели назад
  • Рисунок профиля (diadi)
    активность: 11 месяцев, 1 неделя назад
Группы
Мы ВКонтакте